samedi, 22 novembre 2014  |  14 visiteurs
 

Fonction publique territoriale : 10 ans de mensonge


10 ans que les conseils régionaux racontent qu’ils compensent la décrue de l’état dans la fonction publique.
L’état a perdu 60.000 fonctionnaires, les territoires en ont embauché ... presque 600.000 ! 10 fois plus d’embauches que de départs. (Pas 2 fois plus, pas 3 fois plus ! DIX fois plus !).
Non, la France n’a rigoureusement rien à envier à la Grèce. Le mot d’ordre est bien le même : tous au chaud, tous aux bureaux !

L’état central a mis environ 35 ans à comprendre que l’augmentation ininterrompue du nombre de fonctionnaires improductifs finirait par détruire le pays.
En 2007, cette fuite en avant suicidaire était enfin stoppée.
Serions-nous donc enfin sauvés ?
Que nenni, c’est désormais au tour des baronnies locales de prendre le relais.
Un conseil régional/général digne de ce nom et de son rang ne peut qu’être doté des plus beaux hôtels, et il importe de bien les remplir, de s’entourer d’une cour dont la taille soulignera l’importance des chefs. Et chaque sous-chef fera de même. (relire : "Théorie de la classe de loisir" de Veblen).
On voit bien également l’effet trou noir à l’oeuvre.
Chaque particule productive aspirée par le trou noir de l’administration improductive augmente la masse de celle-ci. Sa masse étant augmentée, sa force d’attraction est encore augmentée.
Sous le fardeau du harcèlement administratif (il faut bien que les bureaucrates prouvent qu’ils font quelque chose) et de l’impôt, les individus productifs baissent les bras et à leur tour vont se mettre à l’abri dans les forteresses (achetées à crédit) des conseils régionaux et consorts.
Visiter ces bâtiments est proprement hallucinant. Les pots et réjouissances quotidiennes y donnent un parfum de moyen-âge. Seuls les costumes manquent pour s’y croire tout à fait.
Les principaux outputs de ces organismes consistent en de luxueuses plaquettes en papier glacé et autres pancartes détaillants toutes les réalisations que s’attribuent (souvent indûment) ces organismes.
Dans mon département, une part énorme est engloutie dans les déficits permanents des stations de skis. (Il faut bien occuper nos fonctionnaires lors de leurs RTTs : panem et circenses.). Chaque engloutissement est bien sûr, depuis 20 ans, toujours le dernier.
Tout cela ne peut malheureusement pas durer. L’impôt ne suffit même pas à financer ce gaspillage démentiel, il faut s’endetter, s’endetter, s’endetter pour payer toutes ces cours.
Mais la dette n’est pas une mer où l’on peut puiser éternellement … et nos trous noirs locaux n’auront certainement pas 35 ans pour s’en rendre compte.
Le rapport Balladur préconisait la suppression de certains niveaux administratifs (dont les superpositions donnent le tournis). A la vitesse où la France se réforme, je parie que le ménage se fera par implosion directe (lorsque certains conseils régionaux/généraux commenceront à payer leurs pupilles en pataçons), avant même que les réformes aient eu le temps d’être appliquées.

(Merci à @AymericPontier pour le graphique source)


modération à priori

Ce forum est modéré à priori : votre contribution n'apparaîtra qu'après avoir été validée par un administrateur du site.

Un message, un commentaire ?
  • (Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.)

Qui êtes-vous ? (optionnel)