jeudi, 30 octobre 2014  |  6 visiteurs
 

L’allocation d’autonomie, dernier avatar de notre société de consommation


L’allocation d’autonomie, dernier avatar (dernière ineptie) de notre société de consommation.

« Je pense depuis longtemps, que si un jour les méthodes de destruction de plus en plus efficaces finissent par rayer notre espèce de la planète, ce ne sera pas la cruauté qui sera la cause de notre extinction, et moins encore, bien entendu, l’indignation qu’éveille la cruauté, ni même les représailles et la vengeance qu’elle s’attire... mais la docilité, l’absence de responsabilité de l’homme moderne, son acceptation vile et servile du moindre décret public. Les horreurs auxquelles nous avons assisté, les horreurs encore plus abominables auxquelles nous allons maintenant assister, ne signalent pas que les rebelles, les insubordonnés, les réfractaires sont de plus en plus nombreux dans le monde, mais plutôt qu’il y a de plus en plus d’hommes obéissants et dociles ».

Georges BERNANOS

Ou comment, progressivement, année après année, les hommes libres sont à la fois gentiment maternés par l’état tout-puissant, et symétriquement doucement dépouillés de leurs libertés. Et accoutumés à trouver non seulement cela normal, mais à applaudir comme des enfants à chaque nouvelle responsabilité qui leur est ôtée ... comme si cela pouvait être gratuit.
Mais la vraie liberté ne va pas sans la responsabilité, ni l’autonomie.

Et nous sommes aux premières loges aujourd’hui pour constater que tout cet aveuglement acheté à crédit n’est évidemment pas pérenne.
Et la grande question est : comment vont mourir les états-providence ? gentiment ou violemment ?
Que vont faire les millions de biberonnés et de biberonneurs (car les uns ne vont pas sans les autres) des états-nounous ?

Une pensée émue donc pour les demandeurs d’une "allocation d’autonomie". Tellement gavés d’état-providence, n’ayant jamais rien connu d’autre, qu’ils ne réalisent même pas l’absurdité à accoler les 2 mots allocation et autonomie !
Comme si l’autonomie (concept interne) pouvait être fournie (décrétée/administrée/mensualisée) par une source extérieure ! Et pourquoi pas sous forme de comprimé (remboursé, bien sûr !) sur prescription de votre assistante sociale ?
L’allocation d’autonomie (aka dividende universel, revenu universel) est probablement la fiction ultime de la société de consommation (*), portée par des rebelles de carton-pâte qui sont en réalité ses plus fidèles homo festivus.

Il n’est peut-être pas absurde de considérer que l’octroi de la monnaie euro à un pays comme la Grèce, s’apparente (à l’échelle du pays) à l’octroi de ce triste "revenu universel".
Chacun peut constater, en ce moment même, ce que l’allocataire de ce revenu universel en a fait. Les hommes ne sont que des hommes. Confrontés à une manne tombée du ciel, ils ont laissé tomber leurs activités productives pour ne plus organiser que la distribution de cette manne. ... On voit le résultat.

* (tout problème interne se règle par un apport extérieur : pilule, produit).

PS1 : Gandhi recommandait à ses concitoyens la "non-coopération" (boycott de certains produits) et l’indépendance individuelle (d’où son fameux rouet). On n’ose pas imaginer comment son message serait reçu aujourd’hui par ces rebelles de pacotille (en imaginant qu’ils puissent seulement le comprendre).

PS2 :A propos du Swaraj de Gandhi, « gouvernement par soi-même » ou « autogouvernance » : http://fr.wikipedia.org/wiki/Mohand... , http://fr.wikipedia.org/wiki/Swaraj

Lien court vers l’article : http://rdlf.fr/5315

7 Messages de forum

  • Ben les individus sont libres de choisir le système monétaire qu’ils veulent utiliser.

    Nier ce droit de choix consiste tout simplement en la négation même de la liberté.

    Article parfaitement représentatif d’un faux libéral drappé de tartuferie...

    Répondre à ce message

    • Je ne vois pas où dans l’article il est question de "nier ce droit de choix" ??

      Je dis, et je maintiens, que c’est une stupidité absolue. Stupidité d’ailleurs pas originale pour un sou. C’est juste RMI/RSA poussé un peu plus loin.

      Quant à "faux libéral" et tartufferie, de la part de quelqu’un qui a, discrètement, bloqué mon abonnement twitter à son compte. Chacun appréciera.

      Galuel n’aime pas beaucoup qu’on pointe les artifices de sa construction bidon. On le comprend.
      Je note factuellement que :
      - aucun argument de l’article n’est attaqué,
      - un argument ("nier ce droit de choix") est inventé,
      - on finit par une oukase ah hominem.

      Les règles éditoriales de rdlf.fr empêchent normalement de laisser publier un commentaire aussi vide, mais vu que ça permet de se faire une idée du genre de supporter du RU, je laisse passer. Ceci dit, je ne laisserais plus passer un autre commentaire aussi inargumenté.

      Répondre à ce message

      • Oui autant pour moi, mais comme j’ai posté une rafale de commentaires ce matin sur d’autres posts, je n’avais pas lu expressément une critique de "l’allocation d’autonomie".

        En effet "l’allocation d’autononomie" telle que critiquée ici n’a pas de rapport avec le choix d’un système monétaire à Dividende Universel.

        Il ne s’agit que de l’expression erronnée d’un faux semblant intenable dans un système d’argent-dette.

        Ce qui est très différent de ce que développe la TRM (Théorie Relative de la Monnaie) qui est un système monétaire à Dividende Universel. Et qu’il ne s’agit nullement d’imposer, mais de proposer à qui souhaite l’utiliser.

        Donc je retire ma critique. Je prends note du blocage du compte twitter, que je vais débloquer, mais si je l’ai bloqué c’est que j’ai dû sentir une nuisance à un certain moment, et que je n’ai pas à me justifier de ça. Mais j’entends et je vais donc corriger pour voir.

        Après je veux bien qu’on critique le fondement de la TRM selon les choix conceptuels que l’on fait, mais qu’on nie le droit de l’adopter je persiste à clamer que c’est parfaitement contraire à la liberté.

        Répondre à ce message

  • Il convient de considérer le dividende universel, non pas comme une redistribution de plus, mais comme un outil de renversement du monopole de la création monétaire.

    Comme vous le savez, la monnaie, son processus de création, l’ensemble des encours monétaires, ainsi que l’ensemble du système de gestion des paiements ont été accaparés par le système bancaire, qui s’en sert :

    1. Pour exercer un chantage sur le corps social dès que des engagements inconsidérés le mettent en péril

    2. Pour accumuler une richesse exponentielle par le système de l’intérêt qu’il impose à la quasi-totalité de la masse monétaire.

    3. Pour orienter arbitrairement l’économie à son propre profit, et donc au détriment des individus, qui sont ainsi spoliés de leur liberté et de leur désir d’entreprendre.

    D’autre part, ce système ne peut persister qu’en générant un endettement infini. C’est ce que nous commençons d’ailleurs à constater.

    Pour toutes ces raisons, et bien d’autres, il est donc vital d’imaginer d’autres moyens de créer, puis de distribuer dans la société le moyen d’échange dont elle a absolument besoin pour fonctionner.

    Le dividende universel n’est pas un vol fiscal de plus, c’est la reprise par les individus de leur pouvoir monétaire. C’est rendre à chacun sa responsabilité économique. C’est une révolution fondée sur la restitution à l’individu du devoir de prendre ses propres décisions, et du droit de créer et d’échanger librement.

    Répondre à ce message

    • @ Gérard Foucher

      >Il convient de considérer le dividende universel, non pas comme une redistribution de plus, mais comme un outil de *renversement du monopole* de la création monétaire.

      Renverser un monopole pour le remplacer par un autre. ... Quel intérêt ?
      Remplacer une dictature par une autre ... la belle affaire !

      En effet, même si ce n’est reconnu qu’à demi mot et pas assumé du tout, il s’agirait de remplacer un monopole par un autre :
      ex tout récent : http://leplus.nouvelobs.com/contrib...
      "Distribuée sur une base nationale, l’allocation universelle serait une prime au repeuplement des ".
      En tant que libéral, je suis pour la concurrence des monnaies, plein de monnaies. Pas pour remplacer une dictature par une autre.

      (Il y a comme cela beaucoup trop de non dits dans ce projet de RU/DU.)

      Si telle ou telle communauté veut tester le DU en créant sa propre monnaie. Aucun souci pour moi.
      Qu’elle le fasse (mais une fois à la banqueroute, faudra pas appeler maman pour se faire rembourser).
      Si c’est pour imposer le DU globalement à l’échelle nationale à la population (ce qui ama est clairement le but), je continuerais à dénoncer cette absurdité ici.

      > il est donc vital d’imaginer d’autres moyens de créer, puis de *distribuer* dans la société le moyen d’échange dont elle a absolument besoin pour fonctionner.

      Désolé, mais je suis libéral. La charité, c’est du domaine privé.
      Les individus (je ne parle pas des légumes) n’ont pas besoin de distribution ou redistribution, mais ils ont besoin qu’ont leur lâche un peu la grappe pour pouvoir produire des RICHESSES (ie des choses utiles à leurs congénères et voulues par eux).
      La nénette qui fait des spectacles de marionnettes avec 2 spectateurs ou des fleurs en papier crépon qui n’intéressent personne, mais que le conseil général lui paye ... ben pas la peine de le demander le DU, elle l’a *déjà* ... et on voit à quel niveau d’endettement ça mène les collectivités locales.

      Encore une fois, laissons s’installer plein de monnaies.
      Et laissons chaque communauté d’utilisateurs de ces monnaies en faire ce qu’ils veulent.
      Ca fera plein de test. On verra bien ce qui est viable ou pas.
      Mais la solution du type éduc nat, où quelques gus ont une super idée, et où on l’applique à toute la population. Non, non et non.

      Répondre à ce message

      • "Si telle ou telle communauté veut tester le DU en créant sa propre monnaie. Aucun souci pour moi. Qu’elle le fasse (mais une fois à la banqueroute, faudra pas appeler maman pour se faire rembourser). Si c’est pour imposer le DU globalement à l’échelle nationale à la population (ce qui ama est clairement le but), je continuerais à dénoncer cette absurdité ici."

        Nous sommes d’accord, et je n’ai jamais prétendu autre chose ! La TRM ne dit pas non plus autre chose !

        Quand on parle d’OpenUDC c’est dans cet esprit ! http://www.creationmonetaire.info/2...

        "Encore une fois, laissons s’installer plein de monnaies. Et laissons chaque communauté d’utilisateurs de ces monnaies en faire ce qu’ils veulent. Ca fera plein de test. On verra bien ce qui est viable ou pas. Mais la solution du type éduc nat, où quelques gus ont une super idée, et où on l’applique à toute la population. Non, non et non."

        Mais tout à fait ! C’est bien le dogmatisme et le sectarisme qu’il faut combattre ! http://www.creationmonetaire.info/2...

        Donc oui évidemment, et là nous sommes d’accord.

        Et la question se pose non seulement pour tout système monétaire nouveau, mais aussi pour toute monnaie installée.

        A qui appartient une monnaie installée si ce n’est à la communauté qui l’a mise en place ? De sorte que cette communauté a prévu des règles pour en modifier le fonctionnement qu’il est possible d’appliquer, en fonction des résultats expérimentaux obtenus. S’ils sont bons cette communauté a intérêt à garder les mêmes règles de fonctionnement, s’ils ne sont pas bons, à en changer.

        Mais cela ne doit en rien empêcher la création d’autres monnaies.

        C’est pour cela qu’un défenseur du DU non seulement développe des monnaies à DU comme OpenUDC, mais aussi explique que selon son point de vue, les monnaies devraient utiliser une telle définition. Après si la communauté utilisant une autre monnaie décide de ne pas retenir cette explication libre à elle.

        De sorte qu’il n’y a aucune contradiction.

        Et non il ne s’agit pas d’imposer à quiconque un système contre son gré.

        Répondre à ce message

  • Une sensation : L’auteur semble être contre par principe. Et ses arguments reposer sur un statut quo de tous le reste.

    Ma perception de l’allocation universelle ou quel que soit le nom qu’on veuille lui donner est qu’elle se place "à la place de la plupart des mécanismes existants".

    Du coup selon moi vos contre exemple tombe d’eux même ! Ok il est nécessaire qu’il existe un état pour faire la distribution ... de la même manière qu’il est nécessaire pour la collecte et à court terme je ne pense pas que ça puisse changer.

    Par contre, les systèmes de "solidarité" discrétionnaires qui profitent actuellement à quelques "happy few" (terme probablement impropre) et génèrent : des ayant droits se considérant comme tels, des gens qui pourraient avoir droit mais ne font pas les démarches , des effets de bords ,de la fraude , des lourdeurs administratives ... devant disparaitre avec ce système, il me semble que la plupart de vos arguments "contre" aussi.

    Puisque nous sommes d’accord sur la nécessite de changer le monde vous proposez quoi ? Tout supprimer ? L’impôt négatif de Friedman ? Dans le cas 2 je préfère le principe de l’allocation universelle tant que notre IR est ce qu’il est. Dans le cas 1 c’est de l’utopie pure vu l’état dans lequel nous sommes.

    Répondre à ce message


modération à priori

Ce forum est modéré à priori : votre contribution n'apparaîtra qu'après avoir été validée par un administrateur du site.

Un message, un commentaire ?
  • (Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.)

Qui êtes-vous ? (optionnel)