samedi, 20 décembre 2014  |  27 visiteurs
 

Certificats d’obtention végétale : Tout copyrighter / accaparer


Certificats d’obtention végétale : Tout copyrighter, tout accaparer. (*) Last màj 17/12/2011 (liens).


"La session de la chambre d’agriculture hier matin a été marquée par le départ précipité d’élus de la confédération paysanne et de la coordination rurale. Au cœur de leur désaccord avec le syndicat majoritaire, la FDSEA, une motion contre la loi votée dernièrement à l’Assemblée nationale sur les certificats d’obtention végétale. "
http://www.ledauphine.com/ardeche/2...

^^17/12/2011^^

"La Coordination Rurale (CR) défend les semences de fermes, elle se bat depuis des années contre les projets de loi successifs sur les obtentions végétales, afin que les agriculteurs puissent continuer librement, ce qui évidemment signifie aussi gratuitement, à ressemer le produit de leur récolte. "
http://www.dailymotion.com/video/xm...

paysannature Paysan Nature
Semences de ferme : Xavier Beulin, un semencier en confusion d’intérêts :
http://www.coordinationrurale.fr/se...

^^16/12/2011^^

La loi sur les semences de ferme : une menace sur notre sécurité alimentaire !
http://jardinonssolvivant.fr/loi-se...

Lagedefaire L’age de faire
Ecrivez à votre député pour défendre la liberté des paysans de ressemer leur récolte
http://www.lagedefaire.org/tout-sav...
http://www.semonslabiodiversite.com/

^^13/12/2011^^

CNDSF : Coordination Nationale pour la Défense des Semences Fermières
http://www.semences-fermieres.org/s...

http://www.seedsburo.org/
http://www.bongraine.info/
http://www.poptronics.fr/Valentin-L...

@Coquelicot95
lettre ouverte aux agriculteurs qui vont semer du maïs transgénique :
http://www.kokopelli.asso.fr/articl... (très très bon article, à lire, à diffuser)

Vidéo à diffuser :JP Berlan sur les OGM, les semences, les certificats d’obtention végétale manipulés par des gangsters
http://vimeo.com/33274313

@veroniquemure
L’amarante, plante espiègle - AgoraVox le média citoyen
http://www.agoravox.fr/culture-lois...


(*)

L’assemblée nationale vote actuellement des textes qui ne vont absolument pas dans le sens de l’intérêt de la population.
Les députés sont vendus aux oligopoles initiateurs de ces lois.
Sous des prétextes techniques et financiers vaseux, c’est tout simplement la spoliation, l’accaparement de ce qui n’appartenait à personne, au profit de quelques oligopoles.
Et notre propre assemblée est l’exécutante de ce sale travail. Honte sur tous ces députés !
Un lamentable exemple de plus que la démocratie ne fonctionne plus du tout et que si nous voulons voir nos intérêts sauvegardés, cela ne passe plus par le vote. Il faut nous prendre en main nous mêmes.

Rappelons donc que face à ces lois iniques, il y a des initiatives open-source (bio et adn) et autres qui se développent pour tenter de faire face.
Quelques initiatives sont recensées ici :
http://www.rdlf.fr/?L-open-source-e...
rubrique bio/adn, et/ou dans le listing chronologique.

1° version de l’article parue : novembre 2011

3 Messages de forum

  • Il y a, amha, deux problèmes différents concernant les semences des céréales OGM. 

    D’une part, en considérant la loi, telle qu’elle est. L’agriculteur achète sous certaines conditions qu’il connait très bien. Il peut choisir la semence qu’il préfère avec ses avantages et ses inconvénients. Il existe pleins de choix possible pour ensemencer ses champs ! Si j’ai bien compris, certains agriculteurs apprécient d’utiliser les semences OGM. Mais ils protestent qu’il leur soit nécessaire d’en racheter chaque année. Cette attitude de l’agriculteur est incohérente en Droit, incohérente en responsabilité contractuelle.

    D’autre part, on peut contester le principe juridique du brevet sur ces semences OGM. C’est un sujet très différent. Si la loi changeait et forçait l’industriel à travailler gratuitement pour ses clients, il cessera très vite de produire ce type de semences.

    Répondre à ce message

    • Certificats d’obtention végétale : Tout copyrighter / accaparer 15 décembre 2011 11:10, par Vincent Andrès

      Cher gidmoz,
      je vais essayer d’aller droit au but de ce qui me semble être LE problème ici, sachant qu’en fait ce problème n’est qu’un avatar d’une problématique ama bien plus générale.

      @gidmoz > D’une part, en considérant la loi, telle qu’elle est. L’agriculteur achète sous certaines conditions qu’il connait très bien.

      Une partie du problème commence ici : "conditions qu’il connait très bien".
      Il faut lire et relire http://www.kokopelli.asso.fr/articl... pour bien voir que ce n’est pas le cas.
      Cette lettre émane d’un directeur de recherche INRA, donc je lui accorde un certain crédit.

      Je cite ce passage : "Vous avez donc cru cette fable que pour améliorer un organisme vivant, il faut l’empêcher de se reproduire dans votre champ ! Je vous rassure : tout le monde le croit. J’y ai cru moi-même pendant longtemps. Pour croire, il suffit de renoncer à comprendre par soi-même. Des décennies de propagande scientifique ont imposé cette superstition"

      Je ne vais pas m’intéresser à la problématique technique elle-même.
      Ce que je vois à l’oeuvre ici est la spécialisation imbécile (oeillères) que dénonçait Buckminster-Fuller.
      La mauvaise spécialisation qui rend d’abord ignorant, puis crédule, puis finalement qui aliène.
      (Cette mauvaise spécialisation est à l’oeuvre partout autour de nous. Elle n’est en rien propre aux paysans et au maïs.)

      « Un être humain devrait savoir changer une couche-culotte, planifier une invasion, égorger un cochon, manœuvrer un navire, concevoir un bâtiment, écrire un sonnet, faire un bilan comptable, monter un mur, réduire une fracture, soutenir un mourant, prendre des ordres, donner des ordres, coopérer, agir seul, résoudre des équations, analyser un nouveau problème, répandre de l’engrais, programmer un ordinateur, cuisiner un bon repas, se battre efficacement, et mourir bravement. La spécialisation, c’est bon pour les insectes. »
      Robert A. Heinlein
      Je suis profondément d’accord avec cette tirade.

      Il y a une complète dissymétrie entre le paysan isolé d’un coté, et l’oligopole multinational de l’autre.
      Une capacité de persuasion (duperie) totale et mortifère.
      Voilà ce qui me semble poser problème et pourquoi l’information initiale a été relayée sur rdlf.fr

      Ceci dit,
      "Mundus vult decipi, ergo decipiatur" Le monde veut être trompé, qu’il le soit donc !

      Mais je crois que les oligopoles (constitués le plus souvent par inceste avec les soi-disants régulateurs étatiques)
      voir : http://rdlf.fr/?La-regulation-appar... sont en train de tellement abuser de leur situation qu’ils créent eux-mêmes des résistances salutaires.
      rdlf.fr essaye d’aider ces résistances, et essaye de combattre les oligopoles, en favorisant la circulation de l’information.
      Il faut ama aider ces résistances car elles passent parfois par un nombre réduit de personnes qui savent encore et qui ne sont pas vendues aux oligopoles. (une pensée eg pour le Médiator et les 1000 cas ressemblants).

      Je renvoie aussi à l’article sur open-source objets, open-source bio, DIY bio (Do It Yourself), etc
      http://rdlf.fr/?L-open-source-en-tr... bref tout ce qui peut aider à une meilleure autonomie de la personne humaine, a plus de capacités générales, et au rejet de la mauvaise spécialisation (oeillères).
      ama, un minimum d’autonomie est une condition préalable à la liberté.

      J’ai bien conscience que l’autonomie concerne actuellement de moins en moins de monde (mais rdlf.fr est fait pour eux, édité par un néanderthalien pour des néanderthaliens)
      Je crois aussi que cela n’est pas étranger à la crise que traverse le monde occidental.

      Répondre à ce message

      • Je me place dans la peau d’un juge qui doit savoir si le contrat de vente est valide. C’est, amha, la seule vraie question. C’est à dire si le vendeur a été loyal pour informer le client. Et si le client a reçu par oral ou par écrit les conditions de cette vente.

        Les revendeurs vendent aux agriculteurs. L’industriel ne vend pas directement. C’est la responsabilité du vendeur de mettre en garde contre les inconvénients du produit. C’est donc un procès entre le revendeur et l’agriculteur.

        Vous citez le médiator. C’est le tribunal qui tranchera s’il a existé une tromperie, ou bien s’il s’agit d’une erreur industrielle commise de bonne foi. C’est le tribunal qui établira, a postériori, la responsabilité de l’industriel, des revendeurs et des clients.

        Les arguments scientifiques ont, amha, un rôle accessoire dans cette affaire juridique.

        Répondre à ce message


modération à priori

Ce forum est modéré à priori : votre contribution n'apparaîtra qu'après avoir été validée par un administrateur du site.

Un message, un commentaire ?
  • (Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.)

Qui êtes-vous ? (optionnel)