mercredi, 23 avril 2014  |  11 visiteurs
 

démocratie2.0, cyberdémocratie, opengov : pourquoi ?


edémocratie, démocratie2.0, cyberdémocratie, démocratie directe, opengov : pourquoi ?

La démocratie participative antique, après être passée par le stade démocratie représentative/délégative, n’est plus aujourd’hui qu’une délégation (plus ou moins forcée) et qui n’a hélas plus grand chose à voir avec la démocratie originelle.
Que représentent aujourd’hui les hommes politiques, à part leurs propres intérêts (et ceux de leur affidés) ?
A quel montant astronomique de dettes nous a mené leur totale incurie ?

Et pourtant, aussi affreux, vils et mesquins que soient leurs agissements, la manière même dont la malhonnêteté est répandue et banale dans la caste politique est la signature d’un problème du système, et pas des individus qui y oeuvrent.
La caste politique est aujourd’hui totalement incompétente pour gouverner. Sa seule compétence/spécialisation est désormais de conquérir le pouvoir, tenter d’en profiter et de s’y maintenir (voir eg http://www.rdlf.fr/?Conquete-mainti...)
Les taux d’abstentions (et de votes blancs !) montrent bien que la plupart des citoyens ont bien compris, malgré le battage médiatique complaisamment servi par une presse complice, que les élections ne changent absolument plus rien à l’orientation générale des affaires de la France. Et en effet, en quoi remplacer une bande d’escrocs incompétents par une autre bande d’escrocs incompétents pourrait-il changer réellement les choses ? La classe politique dans son entier n’est plus qu’une courroie de transmission/création pour les intérêts d’oligopoles et/ou de clientèles, prioritaires sur l’intérêt général, puisque seuls capables de fournir l’argent nécessaire aux campagnes électorales. ... Et si nous ne faisons rien, ce cercle vicieux restera en place jusqu’à la désintégration.
Nous avons tous cru, de bonne foi, qu’il était possible et efficace de sous-traiter la gestion publique à une caste professionnelle. C’était une erreur dont nous mesurons la portée aujourd’hui, mais RIEN, si ce n’est la force des mauvaises habitudes, ne nous contraint à nous y obstiner. Aujourd’hui, avec les moyens nouveaux des technologies actuelles, la population peut, et à mon avis doit, reprendre les rennes de la gestion publique.

Des personnes, des associations, des municipalités sont déjà mobilisées sur ce sujet (manquent juste les politiques ... mais ça ne peut surprendre personne !). Si ce billet vous donne envie d’aller plus loin, j’ai commencé à compiler une liste de liens (à partir du fil twitter) qui mènent à des blogs/sites relatifs à ces questions : http://rdlf.fr/?edemocratie-democra... (Cette liste est dynamique et devrait normalement être remise à jour régulièrement).
Le mouvement est bien sûr en gestation. Techniquement, énormément est à construire ... raison de plus pour s’y mettre et essayer d’être nombreux !

Article initialement paru : 14/09/2011

Lien court vers l’article : http://rdlf.fr/5319


modération à priori

Ce forum est modéré à priori : votre contribution n'apparaîtra qu'après avoir été validée par un administrateur du site.

Un message, un commentaire ?
  • (Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.)

Qui êtes-vous ? (optionnel)